La Solitude et L’existentialisme

Le cadre physique et émotionnel dans l’histoire “L’hôte” pour Albert Camus montre l’isolation de Daru, le personnage principale, et qu’il ne peut pas rester dans le cadre sans la responsabilité personnelle. Au début de l’histoire, le cadre, un plateau au milieu de la France et l’Algérie, si morne et désolé soit-il, semble un endroit sans interférence des décisions morales et il est un refuge confortable pour Daru qui est loins des pressions sociales. Mais quand Daru se trouve face à une situation désagréable, il se rend compte que la terre qui se protégeait avant et qu’il aimerait à un moment est devenue un endroit assez solitaire. Au fur et à mesure, l’auteur transforme le plateau impartial en un qui est impitoyable pour exprimer la thème du isolement émotionnel.

Le plateau où Daru habite est déjà en conflicte géographiquement. Il est-a-dire qu’un plateau n’est pas exactement dans les montagnes ni les plaines, plutôt, il est un endroit entre les deux. Le plateau représente la position que Daru choisit en la situation avec la guerre. Il est un Francais mais il est né en Algérie, donc il s’isole pour éviter choisir un camp. Pour Daru, le cadre est un endroit où il peut échapper prêter allegiance d’un côté ou d’un autre. Le plateau n’est pas accueillant, mais pour Daru, il est sa patrie parce qu’il se protège de la responsabilité dans la guerre qui a lieu entre les deux pays, l’Algérie et la France <<Le pays était ainsi, cruel a vivre, même sans les hommes, qui, pourtant, n’arrangeaient rien. Mais Daru y était né. Partout ailleurs, il se sentait exilé.>> Daru ne sent pas l’exile ici et son solitud est positive pour lui parce qu’il ne se sent pas accueillant en la société. Daru est par lui-même mais suit sa conscience propre, jusqu’à la situation avec l’arab.

L’histoire suggère que l’impartialité est impossible dans les aspectes des décisions morales. Bien que Daru pense qu’il a évité une décision, à fin d’histoire, on voit que le plateau est devenu un endroit de la regrette parce que l’arab a choisi la mort au lieu d’être libre. Daru se sent cette regrette parce qu’il se rend compte de la trahison de sa conscience, parce qu’il n’aide pas l’arab de trouver la liberté explicitement. Par fin, il se sent que le décision de l’arab de choisir le mort et aussi son décision. Maintenant, le plateau devient déformé dans son esprit. Immédiatement après avoir libéré le prisonnier, Daru se sent que la terre a changé et il ne peut plus reconnaître. <<L’instituteur revint sur ses pas, d’abord un peu incertain… >> (Camus) Son refuge de bien isolation va bientôt devenir quelque chose qui constitue une menace. Le plateau ne représente plus son exile personnel de la monde extérieur ni conserver sa impartialité, mais plutôt il représente la conséquence de son choix. Parce qu’il se sent comme il a condamné le prisonnier a mort.  

Daru veut son vie dans le plateau, ininterrompu par la société, mais il est vraiment déçu quand il doit accepter un sorte de responsabilité et le plateau ne représente plus un endroit de la solitud et l’isolation tranquille. Maintenant, Daru a perdu l’identification avec son pays familier et se sent dépaysé. Camus démontre que cet homme, Daru, est en contraste avec le paysage indifférent dans lequel l’humanité est vraiment insignificant et infiniment petit. Daru a pris le refuge dans une terre qui n’importe pas sur les problèmes de son monde et Daru se laisse seul complètement. <<Dans ce vaste pays qu’il avait tant aimé, il était seul.>>

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s